mercredi 30 novembre 2011

La mode au Moyen Age


Le costume masculin et féminin est similaire du Ve au XIIe siècle. Il se compose de la chainse, une tunique de dessous portée avec une ceinture. Le bliaud, porté par-dessus la chainse laissant voir l'encolure de celle-ci par une fente que l'on nomme amigaut. Le bliaud atteint les genoux pour l'homme et le sol pour la femme. L'homme porte un "pantalon" souple appelé braies avec des bandes molletières entrecroisées sur les jambes, du genou à la cheville.
homme portant la braie
Plus tard, la cotte et le surcot remplacent la chainse et le bliaud. Le surcot doit son origine aux croisades. Il est tout d'abord porté pour éliminer les reflets du soleil sur l'armure. La couronne ou chapel d'orfèverie démontre l'opulence mais elle n'est pas un signe de rang social avant le XVIe siècle.

Au XIIIe et XIVe siècle les vêtements féminins et masculins finissent par se distinguer. L'art gothique prend racine en France et devient international. La minceur et la verticalité que l'on remarque dans l'architecture se retrouve aussi au niveau du costume.
Le costume masculin raccourcit jusqu'à seulement quelques centimètres au-dessous de la taille. Celui de la femme devient plus décolleté et ajusté comme la cotardie. Les boutons ainsi que les lacets sont utilisés. Les manches s'élargissent. L'homme porte une cape d'épaule avec un capuchon nommée chaperon. Il comporte une longue pointe appelée liripe. Elle est mise autour du cou, du bras, ou pend à l'arrière. Le hérigaut est un manteau porté par l'homme et la femme à partir du XIIIe siècle. Des fentes pallient à l'absence de manches et laissent entrevoir la doublure. Du coté masculin, le pourpoint, un vêtement court et doublé, fait son apparition. Il est accompagné de chausses qui sont habituellement taillées dans le biais du tissu.
La mode du mi-partie (vêtement de deux couleurs divisé de façon horizontale, verticale ou diagonale) est remarquée chez l'homme au XIVe siècle et se propage par la suite chez la femme. La houppelande (grande robe à manches volumineuses) est portée par l'homme et la femme. Par temps froid , le mantel (cape longue) est utilisé. Les armoiries de la famille sont appliquées ou brodées sur le costume. On remarque aussi que les ceintures sont massives sur lesquelles, aumonière et dague y sont attachées.
Les deux sexes chaussent des souliers pointus de velours ou de cuir flexible. Ces souliers sont appelés poulaines. La pointe de la chaussure est proportionnelle au rang de celui qui la porte. Ducs et princes sont autorisés à porter des chaussures atteignant deux fois et demie la longueur de leurs pieds. La haute aristocratie à deux fois, les chevaliers une fois et demie, les gens riches une fois et l'homme du peuple une demi-fois seulement.

La mode bourguignonne de la fin du XIVe au milieu du XVe siècle marque la fin du moyen âge. Le gothique tardif est d'une verticalité encore plus marquée. L'accent est mis sur l'ourlet du vêtement ou la bordure des manches. Elle prend la forme des créneaux des châteaux, elle est dentelée ou simplement déchiquetée. À cette époque, les grelots sont très prisés comme accessoires décoratifs, que ce soit sur les vêtements, les chaussures ou les ceintures. Le hennin, ce chapeau pointu maintenant associé aux contes de fées, a été apporté par Isabelle de Bavière dans la dernière partie du XIVe siècle. Il atteint jusqu'à 60 centimètres de hauteur.
La taille du costume féminin monte et est accentuée par le bandier (ceinture portée sous les seins). L'encolure de la robe a la forme d'un V au devant et au dos. La robe comporte une traîne. Pour l'homme le col de la houppelande allonge. C'est le col carcaille. Les cheveux sont courts, au-dessus des oreilles. Cette mode est surnommée "coupe à l'écuelle". Le chaperon est porté en turban enroulé sur la tête dit "chaperon façonné".
En 1476 les lois somptuaires régissent la mode. Elles limitent l'extravagance. Elles déterminent entre autre la longueur maximum de la traîne de la robe des dames et le coût des vêtements. Il semblerait que certains moines franciscains refusaient l'absolution aux femmes dont la traîne était trop longue.

Au début du moyen âge, on utilise les couleurs neutres dans des draps de laine et de lin. À la suite des croisades, le luxe de la soie d'orient, les broderies et le coton d'Arabie apparaissent. Le velours très apprécié, est intégré aux vêtements à partir du XIIIe siècle. Les couleurs les plus fréquentes sont le bleu, le pourpre, le vert et le rouge. Bien que les préférences de la cour de Bourgogne et de la haute aristocratie vont aux couleurs sombres, les riches bourgeois privilégient les couleurs éclatantes. En 1468, Charles le Téméraire surprit ses courtisans en ordonnant le costume d'apparat noir. La noblesse française porte le blanc lors de mortalité. On utilise la fourrure comme garniture ainsi que pour doubler les vêtements. Les peaux d'hermine et de menuvair (écureuil gris de Sibérie) sont les plus utilisées. Les vêtements sont ornés de motifs de losanges, de croissants, de fleurs de lys...

la coiffe au Moyen Age



2 commentaires:

  1. J'aime beaucoup les robes du Moyen-Age je les trouve splendide et les souliers sont très beaux également par compte la coiffe n'est pas trop ce que j'aime le plus :).
    Tu as eu une superbe idée en faisant cet article !! :)


    http://melaphotographyl.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
  2. C'est cool de nous faire voyager dans le temps :)

    http://www.mademoisellemode.com/
    new post

    RépondreSupprimer