dimanche 11 janvier 2015

L'apparition du velours


Très à la mode actuellement, le velours est un tissu noble que l'on retrouve sur les pantalons et les robes, du moins pour la tendance de cet hiver. C'est un tissu fabriqué selon un procédé de tissage particulier qui permet d'obtenir un aspect velouté. Ce terme qui vient du latin villosus ("couvert de poils") s'applique à des textiles très variés. Il est constitué d'une trame de tissu dans laquelle s'intègrent des fils plus ou moins longs, droits ou couchés, qui ressortent sur l'endroit de l'étoffe. Ces fils peuvent être coupés au rasoir pour former des côtes ou apparaître sous forme de boucles.
Le velours est une étoffe qui a traversé les siècles, des tenues d’apparat de François Ier aux défilés de mode d’aujourd’hui, en passant par la redingote des bourgeois et le pantalon largeot des ouvriers. Venu d’Orient, ce tissu commence à se répandre dans les grandes villes italiennes de Gênes, Venise, Milan et Florence dès le XIVe siècle. Il s'agit alors d'étoffes de soie où des motifs végétaux ou géométriques se détachent en velours sur un fond de satin ou, à l'inverse, en satin sur un fond velouté. Cette étoffe est la plus luxueuse de l’époque pour sa douceur au toucher et la lenteur de son tissage. On sait que, déjà, en 1347, le Grand Conseil de Venise autorise les veloutiers à se constituer en corporation et que, dès le XVe siècle, la maîtrise des tisseurs veloutiers italiens est très grande. Nous possédons en effet des velours de cette époque dont l'exécution, faute d'une main-d'œuvre qualifiée, peut être très difficile de nos jours, sinon impossible. En France, ces étoffes à l'aspect somptueux sont très appréciées, mais ce n'est qu'à la fin du XVIe siècle que l'on est en mesure de les tisser. On continue cependant d'en importer d'Italie ou d'Espagne jusqu'au XVIIe siècle, époque à laquelle sont réalisés de très beaux velours, tant pour l'ameublement que pour le vêtement, et dont la consommation croissante doit encore entraîner des recherches d'exécution et d'invention.
Il faut attendre le XIXe siècle pour que ce tissu se démocratise : les ouvriers adoptent alors le pantalon largeot en velours côtelé de coton ou de laine pour sa chaleur et sa solidité.
Aujourd’hui encore, cette étoffe s’invite sur les podiums et dans les collections haute couture des plus grands créateurs, faisant fi des diktats de la mode et du temps qui passe… 

Robe : de ma maman
Ceinture : Pimkie
Escarpins : Gémo